10 juin 2022  : Communiqué de presse

L’Agence de Développement d’Alsace (ADIRA) a été mandatée pour mener à bien une étude concernant le développement économique et touristique en Centre Alsace. Cette étude a pour objet de tenir «compte de l’existant et des initiatives en cours, notamment du projet Europa Vallée à considérer comme le déclencheur de la présente démarche (…) et de «favoriser la perspective de réalisation de ce projet par une insertion harmonieuse dans son futur environnement économique, social et environnemental » (réf. : ‘’Marché des prestations intellectuelles’’ de l’étude).  L’étude est financée sur fonds publics à hauteur de 260 000 € par la Région Grand Est, la Collectivité Européenne d’Alsace, l’Etat et les deux communautés de communes de  Marckolsheim et d’Erstein, cibles géographiques de ce projet.

 Notre insistance auprès des collectivités qui financent cette étude (voir nos CP précédents) n’a fait l’objet d’aucune réponse satisfaisante. Il était dans nos intentions d’obtenir en particulier une transparence publique concernant l’étude en cours, via la transmission de l’ensemble des documents la concernant ou leur communication publique sur les sites internet des collectivités à l’origine du financement de l’étude, ainsi que dans les villages de la zone possiblement concernée.

 Le Chaudron des alternatives s’est néanmoins procuré le document de présentation de la phase 1 d’étude du développement économique et touristique dont la multinationale allemande est le moteur.

Il y apparaît clairement, malgré les dénis de certains protagonistes et porteurs de l’étude joints par quelques médias (voir ICI et LA), qu’Europa Valley figure comme programme principal de développement.

Aucun autre porteur de projet n’apparaît en Alsace Centrale dans la présentation de l’étude.

Le contenu d’une ‘’programmation possible’’ du projet apparaît aussi dans ce rapport.

 Enfin une rhétorique éculée rappelle les principaux objectifs de la multinationale allemande : la création de « synergies transfrontalières qui symboliserait le renforcement de l’amitié franco-allemande » ; l’incontournable contribution « à l’attractivité de l’Alsace centrale et (à la création) d’emploi », facilement opérante en Alsace ; et, cerise de modernité sur le gâteau : « développer un projet original et construit autour de la notion d’innovation ». Mention n’est pas faite des profits financiers espérés par la multinationale…

 Le 19 mai à Erstein à l’occasion de cette restitution du diagnostic initial des travaux d’étude, il nous a aussi été rapporté un franc mécontentement de la part les élus des petites communes du secteur,  courroucés de ne jamais avoir été consultées à ce jour et préalablement à l’étude, ainsi que par les représentants d’un monde agricole forcément impacté par Europa Valley.

 Le Chaudron des alternatives considère que le souhait des collectivités demeure de mener le plus discrètement possible le cheminement vers des décisions en faveur de la réalisation du projet Europa Valley. Cette méthode de confiscation du pouvoir discrédite une nouvelle fois le fonctionnement démocratique dont les collectivités publiques devraient être les garantes.

 Par un courrier adressé aux présidents des collectivités à l’origine du financement du projet nous signifions avec fermeté que nous ne sommes pas dupes du diagnostic en cours, financé pour initier et justifier la faisabilité du projet Europa Valley, ni n’accepterons d’être mis devant le fait accompli. 

Aussi Le Chaudron des alternatives s’opposera fermement et avec détermination au projet Europa Valley. De nombreux soutiens nous arrivent d’ores et déjà. Les premiers recours juridiques nécessaires, le cas échéant, sont déjà finançables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Post comment