Débat contradictoire à l’institut de sciences politiques à Strasbourg le 24/09/2020

Last modified date

Comments: 2

Le Chaudron des alternatives, avec la collaboration de Sciences Po Strasbourg organise une conférence-débat le 24 septembre à 18h00 dans leurs locaux à Strasbourg sur le thème ‘’L’Alsace selon Amazon- enjeux sociétaux et environnementaux’’.

Cette conférence-débat, dans une école publique,se veut l’occasion d’un débat contradictoire entre ses participants ; pour une réflexion croisée et des échanges constructifs et éclairants. L’accès étant restreint elle donnera toutefois lieu à une diffusion audio et/ou vidéo différée. M. Hauller, maire de Dambach-la-Ville et président du pays de Barr ainsi que M. Habig maire d’Ensisheim et président de la com com d’Ensisheim, étaient invités à y participer comme conférenciers, en présence de Mme Dufour responsable surproduction et surconsommation aux Amis de la Terre et M. Palombi président de la confédération des Commerçants De France et défenseur du commerce de proximité et physique. Ni l’un ni l’autre n’ont jugé utile d’accuser réception ni de répondre à l’invitation. Leur chaise restera vide accentuant encore une fois le déni de démocratie et le refus du débat public. Maitre Théophile Bégel, avocat au cabinet de l’ancienne ministre de l’environnement Corinne Lepage et en charge des recours portés en France contre la multinationale se rajoutera finalement à la conférence. Parmi les élus , étaient présents (et nous les remercions) :

– M. Angelo ERRERA-MULLER Adjoint en charge du développement économique, de l’attractivité du territoire et de l’innovation
– Quelques élus de l’Eurométropole de Strasbourg

Rappelons que depuis le mois de févier Le Chaudron des alternatives soutenu par une soixantaine d’associations, ONG et collectifs, se mobilise contre l’implantation éventuelle d’un entrepôt Logistique Amazon de 150 000 m2 à Dambach-la- ville alors qu’Ensisheim va accueillir sur son ban communal un entrepôt de 190 000m2 dont l’occupant sera probablement Amazon.

Le collectif a déjà demandé une divulgation publique des négociations existantes entre Amazon et la Communauté de commune du Pays de Barr suite au compte rendu d’une réunion extraordinaire des conseillers communautaires, à huis clos, le 7 décembre 2019, sur la demande de l’ancien  président M . Scholly. A de nombreuses reprises, par courrier, courriels, puis par interpellation publique le 11 juillet à Barr, le Chaudron des alternatives a demandé, en vain, à ce que la clause de confidentialité soit révélée au public. Pascal Lacombe membre du collectif rappelle « qu’une collectivité publique locale assurant une mission de service public a un devoir de transparence à l’égard de ses administrés ».

 Le collectif a aussi appelé, en vain, les élus du ‘’Pays de Barr’’ à ouvrir des temps d’informations et d’échanges en direction des citoyennes et citoyens du territoire afin de leur fournir une information éclairée sur les tenants et aboutissants de ce projet d’implantation.

 Le 5 août le collectif a proposé au Pays de Barr, par mail, une rencontre avec Francis Palombi, et Alma Dufour tous deux, connaisseurs avertis d’Amazon dans leur domaine, et qui étaient disposés à rencontrer les conseillers communautaires : cette sollicitation n’a donné lieu à aucune suite.

 L’association Nature et Vie qui soutient le chaudron des alternatives, organisait le vendredi 18 septembre la projection du film Le monde selon Amazon, à Obernai, commune voisine du Pays de Barr et dont la municipalité se déclare opposée à l’implantation d’Amazon à Dambach. Les maires du ‘’Pays de Barr’’, invités officiellement n’ont pas participé au débat, deux d’entre eux exceptés.

 Le collectif dénonce encore une fois toute l’opacité qui règne autour de ces projets, les négociations à huis clos, l’entre soi, à l’écart de toute opposition ou contestation, symboles de pratiques politiques peu démocratiques. « M. Hauller, et à l’identique M. Habig, se tiennent à l’écart de leur responsabilité et d’une conduite qui devrait honorer leur statut de représentant d’une collectivité territoriale » rajoute Sarah Albertini membre du collectif.

Le collectif regrette cette position laissant aux citoyennes et citoyens un goût désabusé et amer, probablement en rapport avec des taux d’abstention toujours plus élevés comme ce dimanche 20/09 où seuls 20.31 % de la population s’est rendue aux urnes pour les législatives partielles de Colmar.

 Il rappelle également les conséquences désastreuses si une telle implantation devait se faire en termes d’emploi, de fiscalité et d’environnement.

2 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Post comment