03/11/2020 : Communiqué de presse

Last modified date

Comment: 1

Colmar, le 2 novembre 2020 – En pleine polémique sur la nouvelle fermeture des commerces de proximité, le préfet du Haut Rhin s’apprête à autoriser ce jeudi 5 novembre le méga-entrepôt d’Amazon à Ensisheim. Des commerçants, des élus et des citoyens alertent sur l’atteinte irréversible portée aux commerces par un projet qui contribuera à la destruction de plus de 100 000 emplois en France. Ils dénoncent également le manque total de prise en compte de son impact climatique colossal. Enfin ils regrettent que les élus locaux et la préfecture aient multiplié les opacités, les refus de dialogue et de réponse à la presse, portant à un niveau inédit le mépris de la démocratie locale. 

L’autorisation du projet d’entrepôt Amazon à Ensisheim, déjà rédigée, est sur le bureau du nouveau Préfet du Haut Rhin, Louis Laugier. Le passage de ce projet d’arrêté en CODERST (Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques) ce jeudi 5 novembre devrait signer le coup d’envoi pour la construction de ce méga-mastodonte, le plus gros projet français du géant de l’e-commerce à ce jour.

Le projet Amazon à Ensisheim augmentera considérablement l’empreinte carbone de la France avec plus de 200 millions de produits importés par an(1), et bétonnera 15 hectares de terres agricoles. 

Cette autorisation peut avoir lieu car le Gouvernement a exclu les entrepôts de e-commerce du moratoire sur les équipements commerciaux de périphérie, contrairement à ce que demandait la Convention Citoyenne pour le Climat(2)

Le Haut Conseil pour le Climat vient en outre d’alerter sur la nécessité de réduire l’empreinte carbone liées à nos importations, déjà supérieure aux émissions du territoire national et en constante augmentation(3). Pourtant l’étude d’impact ne traite aucun de ces points et n’a même pas réalisé un bilan sérieux des émissions liées au trafic de plus de 1000 poids lourds et 4500 utilitaires supplémentaires par jour. 

L’autorisation intervient alors que les commerces physiques connaissent une crise sans précédent. 150 000 à 300 000 emplois sont déjà menacés du fait du premier confinement et des réactions en chaîne provoquées par leur fermeture sans annulation de leurs loyers(4). Beaucoup ne passeront pas l’hiver malgré des aides plus importantes annoncées par l’Etat. Leur désespoir est notamment  incarné par les commerçants d’Eguisheim qui ont décidé de rester ouverts malgré l’interdiction(5) et celui de Véronique Weingarten, commerçante à Blotzheim qui a entamé une grève de la faim. 

Nous savons désormais que l’expansion du e-commerce et notamment d’Amazon aux Etats-Unis a provoqué la destruction nette de 670 000 emplois entre 2008 et 2020, 1 million en 2025(6). Nous nous dirigeons vers le même scénario en France: des faillites sont déjà en cours(7), la perte de chiffre d’affaire des commerces physique au profit du online est prouvée(8) et la situation s’est considérablement aggravée à la faveur du premier confinement.

Alma Dufour, chargée de campagne aux Amis de la Terre explique: 

L’implantation d’Amazon à Ensisheim aura un impact sur l’emploi local, puisqu’elle va alimenter trois agences de livraison dans le Grand Est : Strasbourg, Woippy et Belfort. Ces agences pourront livrer 90 000 colis par jour dans la région, 100 colis par employé. Une concurrence très brutale : le Chiffre d’affaire des agences de livraison Amazon serait d’environ 606 947 euros par an par employé(9), alors que celui des commerces traditionnels n’est que de 272 000€ par employé(10)”.

Yeliz Gencer, médecin et membre du collectif d’opposant le Chaudron des alternatives, dénonce: “Après avoir signé une clause de confidentialité leur interdisant de révéler qu’Amazon serait l’exploitant final(11), les élus ont refusé de répondre à la presse sur le projet(12). L’enquête publique s’est déroulée pendant le premier confinement. L’ensemble des contributions, toutes opposées au projet, ont été balayées d’un revers de main. L’autorisation de ce projet par le préfet en plein reconfinement est une nouvelle insulte à la démocratie locale. Nous avons donc décidé de nous mobiliser tout en respectant les consignes de sécurité ”.
Une action de mailing, que le chaudron des alternatives ainsi que d’autres associations  locales et nationales ont relayée  est par ailleurs actuellement en cours incitant les citoyens à saisir par mail directement M le préfet, Louis Augier  et M. Habig maire d’Ensisheim.
Le chaudron des alternatives a également re-interpellés par courrier électronique ce 2 novembre 2020  les élus des CD68 CD67 et du CRGE, ainsi que les députés et sénateurs alsaciens en leur demandant de sortir de leur mutisme concernant ce dossier aux implications particulièrement lourdes en terme d’emploi de fiscalité et d’environnement.

Sources:

  1. Estimation obtenue grâce aux chiffres fournis par les syndicats d’Amazon France
  2. Haut Conseil pour le Climat, Maîtriser l’empreinte carbone de la France, 2020 
  3. France Inter, Les propositions de la convention pour le climat sont-elles suffisamment ambitieuses ? Avec William Aucan, 22 juin 2020
  4. Procos et EY Parthenon, Commerce spécialisé : une chance pour la France, juin 2020
  5. DNA, Des artisans entrent en résistance, 31 octobre 2020
  6. Allianz & Euler hermes, The View : Retail Sector in the US : Towards destructive destruction, juillet 2020; UBS, U.S. Retail Which Subsectors Need to Close the Most Stores? 9 avril 2019 
  7. La Halle, Conforama, Naf Naf, André, Camaieu, Orchestra ont toutes déposé le bilan. 
  8. Le Parisien, Habillement : les ventes en ligne, bouée de sauvetage pour le secteur textile, septembre 2020
  9. Chiffre obtenu à partir d’un chiffre d’affaire moyen par produit aux Etats-Unis, obtenu via les études suivantes  Millward Brown, Amazon Prime members are way more likely to shop on only Amazon, 7 avril 2015
  10. Base de donnée INSEE-ESANE, 2017
  11. Le faisceau d’indice concordant et des témoignages de personnes approchées pour travailler pour Amazon Ensisheim ne nous laisse pourtant aucun doutes sur le fait qu’Amazon soit l’exploitant final. 
  12. Refus de M. Habig de répondre, à Médiapart, à l’AFP et à France Info au sujet du projet.

1 Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Post comment