Rassemblement devant la préfecture de Colmar : La préfecture du Haut-Rhin doit faire un choix pour le climat. [30/09/2020]

Last modified date

Comments: 0

texte rédigé par Isabelle (Rucssa)


Ce mercredi 30 septembre, le Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (CoDERST) s’est réuni à la préfecture de Colmar pour, entre autres, donner un avis au Préfet sur des projets d’exploitation d’Installations Classées pour la Protection de l’Environnement.
Le projet d’entrepôt géant pour le commerce en ligne à Ensisheim est dans l’attente de cette autorisation, dernière étape avant le démarrage des travaux puisque le permis de construire a déjà été délivré par la mairie d’Ensisheim.
Les citoyen·ne·s engagé·e·s du RUCSSA -Réseau d’Urgence Climatique et Sociale du Sud Alsace qui regroupe actuellement Alsace Nature, Alternatiba Soultz, l’Association de Défense des Riverains de l’Aéroport, Attac 68, Climat 3 Frontières, la Confédération du Logement et du Cadre de Vie de Wittelsheim et environs, l’Institut de la transition écologique, citoyenne et sociale d’Ungersheim, le Mouvement pour une Alternative Non-violente Centre Alsace -, du Chaudron des Alternatives et d’Extinction Rébellion Strasbourg et Colmar se sont rassemblé·e·s pour appeler à leurs responsabilités les membres du CoDERST et le Préfet du Haut-Rhin quant à la décision d’accorder l’autorisation à ce méga-projet bétonné de près de 190 000 m² sur 4 niveaux et qui s’étalera sur 15,7 hectares.
En clair, ils demandent au préfet du Haut-Rhin, Louis Laugier, de stopper ce projet qui contribuerait grandement à détruire des emplois, dégrader le climat et la qualité de vie dans notre territoire.
Ce projet n’est pas isolé : Amazon, en particulier, compte doubler sa surface de tri et de stockage en France en moins d’un an, avec 17 projets d’entrepôts et centres de tri supplémentaires, dont 2 en Alsace, à Dambach la Ville et Ensisheim, et 1 à Fontaine dans le Territoire de Belfort.
Les conséquences dramatiques des implantations de ce type ne sont plus à démontrer :

  • On sait qu’un emploi créé chez Amazon induit la perte d’au moins 2 emplois localement, et jusqu’à 4 selon la très récente et très sérieuse étude d’Euler Hermès sur le commerce de détail. Les emplois dans la logistique sont, en outre, particulièrement pénibles et peu payés.
  • Chacun des projets alsaciens causerait l’artificialisation d’au moins 15 hectares de terres agricoles au mépris de l’urgence écologique et de relocalisation de l’alimentation.
  • L’implantation de l’entrepôt entraînerait en Alsace une hausse importante du trafic routier, avec 3600 mouvements de véhicules légers et 600 poids lourds par jour sur l’A35 et les routes annexes, mais aussi l’augmentation du trafic aérien à l’aéroport de Bâle-Mulhouse pour le fret.
    La préfecture du Haut-Rhin a encore son mot à dire.
    Elle n’a pas encore signé l’autorisation d’exploitation du terrain par Eurovia16.
    Nous demandons au Préfet d’être courageux : pour les citoyens qu’il a le devoir de protéger, pour notre territoire, pour la planète, et surtout pour le futur de nos enfants.
    Le Premier ministre lui-même a adressé, le 24 août dernier, aux Préfets une circulaire les invitant à la plus grande réserve quant à ces projets : « Circulaire sur le rôle des préfets en matière d’aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l’artificialisation » . L’occasion pour le Préfet du Haut-Rhin de se saisir de cette circulaire pour refuser ce projet.
    RUCSSA a interpellé les élus locaux, départementaux et régionaux à se mobiliser contre cette implantation, à faire preuve de responsabilité et ne pas se rendre complice de l’aggravation du dérèglement climatique, de destructions d’emplois supplémentaires et de l’augmentation de la pollution de l’air sur notre territoire. Il les a invités à délibérer au sein de leurs communautés de communes ou d’agglomération.
    A ce jour, la M2A et la Communauté de communes de Guebwiller ont d’ores et déjà adopté une motion pour soutenir la proposition de moratoire de la Convention citoyenne pour le climat sur les surfaces commerciales en périphérie. Ces communes y ont spécifiquement ajouté les entrepôts de commerce en ligne qu’elles ne veulent pas sur leur territoire.
    Enfin, RUCSSA s’engage à mener tous les recours juridiques nécessaires pour empêcher la construction de l’entrepôt à Ensisheim.
    Nous tous, mobilisés·es aujourd’hui, demandons l’abandon du projet d’entrepôt à Ensisheim.
    Nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous le … octobre à Ensisheim pour continuer à manifester largement votre opposition et résister à ce projet destructeur d’emplois et du climat sur notre territoire, s’il n’est pas abandonné d’ici là.
    Nous restons déterminés et poursuivrons nos actions, d’information, de résistance mais aussi de réflexion sur les alternatives possibles à ces projets mortifères pour notre avenir et qui relèvent du monde d’avant.
Prise de parole de Loïc Minery, EELV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Post comment