Soirée des alternatives du 21/02/2020

Last modified date

Comments: 0

Le baptême du Chaudron des alternatives 

un collectif centre alsacien dont l’objectif est de promouvoir de manière non violente les alternatives locales face à l’urgence climatique.

Vendredi dernier (21/02/2020), accueilli chaleureusement par le domaine Achillée de Scherwiller, le collectif « le Chaudron des Alternatives» inaugurait son premier évènement.

Au programme de ce temps fort : des jeux en bois conçus localement( Rigol’jeux), des ateliers créatifs et écologiques pour les petits et grands et des conférences sur des thèmes de l’actualité militante en Centre Alsace.

Les dégustations des vins biodynamiques de l’Achillée et un repas local fait par la tarte’rit ont agrémenté cette soirée conviviale.

Différents petits stands ont été proposés : fabrication de tawashi (éponge fabriquée à partir de tissus de récupération), confection de cosmétiques ou produits d’entretien-maison , atelier d’écriture de textes poétiques et amusants et peintures réalisées à partir de végétaux (jus de légumes, épices, algues…).

Un public très varié simplement curieux ou déjà engagé dans des démarches de transition individuelle. Nombreux sont ceux qui sont venus demander conseils et partager leurs expériences.

Les différentes interventions ont su capter l’attention du public.

Jean-Claude Moog auteur du livre « travailler tous demain, vers un partage équitable du travail ? » a débuté la série et la présentation de son ouvrage. Il a ainsi expliqué que le chômage de masse n’était pas une fatalité et offert des pistes pour partager équitablement le travail et le financer, sans avoir besoin d’un « retour de la croissance ».

Pascal Lacombe, de l’association Tiefenbach Environnement nous a ensuite fait part de leur engagement pour la dépollution des nappes phréatiques de Colmar déjà contaminées par le lindane (métal lourd et cancérigène de type I) et également de leur volonté d’informer la population colmarienne des risques potentiels. Il a présenté un bref état des lieux des actions entreprises puis a ensuite invité le public à soutenir le mouvement.

Safia Kihel une bénévole du Stück a ensuite pris la parole pour parler des monnaies locales et a décrypté pour le public les rouages de notre système monétaire et ses travers.

Grégoire Llorca (Web-marketing et communication à défi écologique, un « écosystème de compétences ») a poursuivi l’intervention sur l’impact environnemental du numérique en rappelant à ses usagers l’empreinte écologique d’internet, des smartphones, etc… Il a offert au public quelques outils pour réduire quotidiennement ces effets négatifs et mis en lumière «les bons gestes» à adopter. Dans la salle, le président du LIS (Linux Informatique Sélestat) a également souligné l’importance favoriser les logiciels «libres».

Gabriel Montel et Gaëlle Harouard ont poursuivi avec la présentation de leur coopérative des Oies sauvages. Il s’agit d’un magasin coopératif, participatif et solidaire situé à Colmar dans lequel les « consommateurs » ne sont pas comme les autres. Ils donnent de leur temps et partagent leurs compétences afin d’avoir accès à une nourriture saine, biologique, bio-dynamique, diversifiée, et au juste prix pour le producteur.

Eloi Navarro (Centrales villageoises d’Alsace Centrale, société locale à gouvernance citoyenne) a abordé la transition énergétique sur le territoire alsacien, en détaillant quelques projets de production d’énergie renouvelable notamment grâce au photovoltaïque. Il a par ailleurs montré que quelques « gestes » simples et quotidiens peuvent réellement réduire notre impact environnemental.

Son discours trouvait un écho particulier dans celui de Pierre Dietrich qui a présenté le bâtiment éco-conçu et passif de l’Achillée, son isolation en paille ainsi que les différentes étapes de sa construction menées depuis 2016. Il a invité ceux qui le souhaitaient à visiter le bâtiment.

Enfin, Jean-Pierre Baroza, concepteur d’éoliennes aimerait développer un prototype de nouvelles générations plus performantes. Pour cela, il est à la recherche de financements pour concrétiser son projet et lui donner de l’envergure.

Entre deux interventions, la coopérative Mobicoop a présenté la plate-forme qu’elle anime et qui valorise un covoiturage sans commission, libre et gratuit.

Les retours du public étaient très positifs et beaucoup se sont inscrits à la newsletter mensuelle (voir trimestrielle) du Chaudron afin de se tenir informés des prochaines manifestations qui seront organisées par le collectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Post comment