[Info] Appel au rassemblement par la Confédération paysanne Alsace le 30/01 : Le Chaudron soutient cette mobilisation

Last modified date

Comments: 0

Le Chaudron des alternatives soutient l’appel de la Confédération paysanne, et nous vous invitons à les rejoindre ce mardi 30 janvier. Nous vous communiquons ci-dessous leur communiqué de presse :


Confédération paysanne Alsace – Communiqué de presse

PAYSAN.NE.S, CITOYEN.NE.S, MÊME BESOIN : UNE AUTRE AGRICULTURE EST POSSIBLE !

UN REVENU DECENT POUR UNE ALIMENTATION SAINE !

Rassemblement le MARDI 30 JANVIER
devant la gare de Sélestat
à 16h

La Confédération Paysanne Alsace affirme sa pleine solidarité avec les mouvements d’agricultrices et d’agriculteurs en France. Le constat est partagé : la colère exprimée est légitime, tant le problème de la rémunération du travail paysan est profond. Il y a 25 ans, la Confédération paysanne dénonçait déjà les conséquences du libéralisme, du Larzac à Seattle.

Par contre, sur les solutions proposées, l’agriculture française tourne en rond depuis des décennies derrière la sacro-sainte « compétitivité » chère à l’agrobusiness et aux marchés mondialisés. Résultat : un plan de licenciement massif dramatique qui tue nos campagnes.

Nous souhaitons collectivement apporter de véritables solutions de fond au malaise agricole. Nous demandons donc d’urgence une loi interdisant tout prix agricole en-dessous de nos prix de revient et la fin immédiate des négociations d’accords de libre-échange.
Les gouvernements successifs et la FNSEA ont mené conjointement l’agriculture dans l’impasse actuelle d’un système économique ultralibéral, inéquitable et destructeur. Nous alertons nos collègues sur le mirage de la « suppression des normes » et celui du « complément de revenu » par la production d’énergies.

Certes, une simplification administrative est nécessaire car beaucoup de procédures administratives et de normes sanitaires sont inadaptées à la réalité de nos fermes, et surtout de nos pratiques paysannes, mais ne nous trompons pas de cible. La demande de la majorité des agriculteurs et agricultrices qui manifestent est bien celle de vivre digne-ment de leur métier, pas de nier les enjeux de santé et de climat ou de rogner encore davantage sur nos maigres droits sociaux.

Ce n’est pas, en demandant à pouvoir détruire des haies, en instrumentalisant le sujet des jachères, en éludant la question du partage équitable des terres et de l’eau, en négociant des avantages pour la production d’agrocarburants, que nous résoudrons en profondeur les problématiques de notre métier de paysan, producteur d’alimentation pour nos concitoyen·nes.
Un changement de direction est donc urgent !

Réclamons des politiques publiques pour sortir l’agriculture des lois du marché, installer des paysan-ne-s nombreux, accorder un revenu digne à tous les travailleurs et travailleuses de la terre et assurer la transition agroécologique.

Réclamons des politiques alimentaires pour que chacun et chacune de nos concitoyens puissent accéder à une alimentation choisie et de qualité en expérimentant par exemple une Sécurité Sociale de l’Alimentation.

Pour faire entendre une autre voix, et porter un message d’espoir, nous appelons l’ensemble des paysannes et paysans, citoyennes et citoyens, qui se reconnaissent dans le projet de la Confédération paysanne à nous rejoindre mardi 30 janvier à partir de 16h Place de la gare à Sélestat.

La Confédération paysanne Alsace

DNA 30/01/24 : La Confédération paysanne appelle à un autre modèle.
“”Une petite foule de paysans et de sympathisants s’est rassemblée ce mardi en fin d’après-midi à Sélestat à l’appel de la Confédération paysanne, pour dénoncer les conditions de travail des agriculteurs et exiger d’autres solutions que celles prônées par le syndicat majoritaire.
Ce mardi après-midi, la mobilisation était aussi du côté de Sélestat, choisie « pour sa position centrale », à l’appel de la Confédération paysanne Alsace. Plus de 150 personnes (agriculteurs de tout le territoire, habitants engagés, syndicalistes) ont convergé pour ce « rassemblement citoyen » devant la gare.
Au milieu des tracteurs, vaches et produits du terroir, ils ont dénoncé « la compétitivité et l’agro-business ». Car si Pierre-Luc Laemmel et les autres membres du CA du syndicat, plutôt jeune et mixte, « partagent les mêmes constats » que la FDSEA, qui « exprime une colère légitime », ils et elles ne sont « pas d’accord avec les solutions proposées » : « Nous demandons la fin immédiate de toute négociation d’accord de libre-échange, qui favorise la concurrence et a un effet délétère sur les agriculteurs », explique celui qui est maraîcher et éleveur de volailles à Wilwisheim. « D’un million d’agriculteurs dans les années 80-90, on est passé à 380 000 », pointe-t-il.
Des prises de parole d’éleveuses et de céréalières ont permis d’évoquer les difficultés autour du manque de foncier et de « certaines normes calquées sur le modèle agro-industriel ». En phase avec le reste du mouvement des agriculteurs, c’est le revenu « insuffisant » qui était sur toutes les lèvres. Le syndicat demande « une loi interdisant tout prix agricole en dessous de nos prix de revient ».
Mais au contraire de la FDSEA, la Confédération paysanne regrette que « les normes en voie d’être simplifiées concernent l’environnement ». « Notre projet est celui d’une agriculture paysanne », martèle Pierre-Luc Laemmel : « Au vu de l’urgence écologique, notre modèle est dans une impasse. Nous voulons des paysans nombreux dans les campagnes, heureux, qui fournissent des produits de qualité, et pour tous nos concitoyens », poursuit celui qui souhaite « sortir l’agriculture du marché ».
D’où leur proposition d’une « sécurité sociale de l’alimentation » : une dotation pour chaque citoyen afin de se nourrir chez des producteurs conventionnés. « Pour que chacun ait accès à une alimentation saine, tout en nous assurant aussi des débouchés et un revenu », conclut le maraîcher.””

Point Presse :

Rue89 31/01/2024 : À Sélestat, la Confédération paysanne propose une « sécurité sociale alimentaire » pour tous. Lors d’un rassemblement à Sélestat ce 30 janvier, la Confédération paysanne a plaidé pour une « sécurité sociale alimentaire » : un dispositif qui permettrait aux citoyens de mieux manger et aux producteurs d’être davantage rémunérés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment